Présidentielle au Usa : qui Biden ou Trump ,remportera les élections

0 31

Jour-J pour l’élection présidentielle aux États-Unis. Qui de Trump ou Biden l’emportera ? Les modalités du scrutin rendent les prévisions complexes. Toutefois, quatre scénarios semblent se dégager. Ouest France fait le point.

Ce mardi 3 novembre, Joe Biden tente de remporter l’élection présidentielle américaine face au président sortant Donald Trump. Si les sondages nationaux donnent le candidat démocrate largement en tête (entre huit et dix points d’écart), le souvenir de la victoire surprise du milliardaire républicain en 2016 face à Hillary Clinton, incite à la prudence.

D’autant plus que le système électoral américain, découpé par État, rend l’équation complexe et que le vainqueur en nombre de voix n’est pas forcément celui qui réunit la majorité des 538 grands électeurs. Nouvelle particularité cette année : le vote anticipé qui, avec la pandémie de Covid-19, atteint un niveau record avec 94 millions de votants, soit déjà 68,2 % du vote total en 2016.

Pour décrypter ce qui pourrait se passer mardi, on a sorti la calculette et fait les comptes. Voici les quatre scénarios, du plus favorable à Joe Biden à la victoire de Donald Trump, qui pourraient se produire.

Scénario 1 : une déferlante démocrate

C’est le scénario rêvé par Joe Biden et ses partisans pour prendre possession de la Maison-Blanche, après quatre ans de présidence de Donald Trump. Pour décrocher une victoire éclatante, l’ancien vice-président devra récupérer les États ouvriers, anciens bastions démocrates, perdus en 2016 (Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin), et remporter les traditionnels Swing States (Caroline du Nord, Ohio, Floride, Géorgie, Arizona), où les sondages donnent démocrates et républicains au coude-à-coude.

Scénario 2 : une victoire nette de Joe Biden

Cette deuxième hypothèse est peut-être la plus probable selon les derniers sondages. Joe Biden récupérerait les États perdus en 2016 (Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin) dans lesquels les sondages le donnent légèrement en tête.

Il remporterait également au moins un des Swing States où il espère pouvoir compter sur le soutien des Latinos (notamment en Floride et en Arizona) et des Afro-américains (Géorgie, Caroline du Nord).

Dans ce cas, on assisterait à une victoire incontestable pour le candidat démocrate qui devancerait son adversaire d’au moins 50 grands électeurs.

Scénario 3 : des résultats serrés, une victoire contestée

Ce cas de figure est le plus incertain. Joe Biden récupérerait les États ouvriers perdus en 2016 mais ne parviendrait à remporter aucun Swing States. Une victoire étriquée mais suffisante pour Joe Biden qui a choisi de réserver ses derniers moments de campagne à la Pennsylvanie.

Toutefois, de nombreux observateurs craignent une situation tendue puisqu’en Pennsylvanie ou dans le Michigan, le dépouillage des bulletins envoyés par correspondance pourrait prendre quelques jours. Or, le vote par correspondance est historiquement plus utilisé par les électeurs démocrates. D’autant plus que cette année, Covid-19 oblige, le vote par correspondance s’est nettement développé par rapport à 2016.

En cas de résultats serrés, la situation ressemblerait alors à celle de 2000 où le décompte des votes en Floride, indispensable pour départager Al Gore de George W. Bush, avait fini devant la Cour suprême.

Ce week-end Donald Trump, qui martèle depuis plusieurs mois, sans preuve, que le vote par correspondance favorise la fraude en faveur des démocrates, a menacé de saisir la Cour suprême si les résultats lui étaient défavorables. Depuis quelques semaines, le président sortant refuse d’ailleurs de dire s’il cédera pacifiquement le pouvoir dans le cas où il serait défait.

Scénario 4 : Trump réitère son exploit de 2016

En menant une fin de campagne au pas de charge, où il a multiplié les meetings, Donald Trump peut encore espérer l’emporter. Pour cela, il doit réaliser un sans-faute dans les Swing States et parvenir à reproduire son tour de force de 2016 en ravissant aux démocrates la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin.

Pour son dernier jour de campagne, le président sortant a d’ailleurs prévu de se rendre dans ces trois États avec un dernier grand meeting dans le Michigan, lieu où il avait déjà conclu sa campagne de 2016. Pour l’instant, il est largement en retard dans cet État mais une surprise n’est pas à exclure.

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.