Premier vaccin contre le covid en Afrique

0 15

Le premier essai clinique sur le sol africain pour un vaccin contre le Covid-19 a débuté cette semaine. Environ 2 000 personnes vont participer à cet essai mené en Afrique du Sud. France 24 a pu en discuter avec un médecin qui supervise l’un des sites où le vaccin candidat sera administré à des volontaires.

Une vingtaine de volontaires ont déjà reçu une injection. Ils sont les premiers participants du tout premier essai clinique en Afrique pour un vaccin contre le Covid-19. Annoncé officiellement mardi 23 juin, ce test mené par l’université Wits de Johannesburg en Afrique du Sud pourrait constituer un tournant majeur dans la lutte contre le coronavirus sur un continent où la propagation est toujours en phase d’accélération et où plus de 330 000 personnes ont déjà été contaminées.

Le vaccin utilisé durant cet essai est le ChAdOx1 nCoV-19. Mis au point en avril par l’université d’Oxford, il est considéré comme l’un des plus prometteurs parmi la centaine en cours de développement. En dehors de l’Afrique du Sud, des essais cliniques sur ce vaccin sont menés au Royaume-Uni, au Brésil et un autre est prévu aux États-Unis.

Un essai de phase 2

Ce test ne vise pas encore à évaluer l’efficacité du ChadOx1 nCov-19 contre la maladie. « L’objectif, pour l’instant, est de nous assurer que le vaccin n’est pas dangereux pour les patients [qu’il n’y a pas d’effets secondaires, NDLR] et de mesurer la réponse du système immunitaire », explique Lee Fairlie, médecin pédiatre à l’université de Wits qui supervise l’un des sites de l’essai clinique, contactée par France 24. « C’est ce qu’on appelle un essai de phase 2, durant lequel on cherche à déterminer quelle est la dose d’un vaccin qui produit la meilleure réponse immunitaire », précise Pierre Saliou, spécialiste des vaccins et président du Groupe d’intervention en santé publique et épidémiologie (GISPE), contacté par France 24.

En tout, environ 2 000 Sud-Africains devraient participer à cette étape qui est censée durer environ un an. Mais pour l’instant, « nous avons recruté un premier groupe de 50 volontaires sur notre site qui vont recevoir le vaccin et ensuite il y aura 50 nouveaux arrivants, avant de monter en puissance », précise Lee Fairlie. C’est bien moins qu’au Royaume-Uni où l’essai concerne déjà 4 000 personnes et « devrait fournir les premières informations sur la réponse immunitaire dans les semaines à venir », ajoute la pédiatre sud-africaine.

La réaction violente aux déclarations d’un médecin français qui avait appelé, en avril, à tester des vaccins en Afrique montre à quel point ces scandales ont laissé des traces. « Les remarques de ce médecin étaient irréfléchies, et avaient potentiellement des relents racistes », reconnaît Lee Fairlie.

Les experts interrogés par France 24 reconnaissent tous qu’il y a un travail à faire pour redonner confiance aux populations locales dans les essais cliniques de vaccins. « La clé, c’est que les gens soient correctement informés sur les tests et que par des campagnes de sensibilisation, on puisse susciter l’engagement des populations, c’est-à-dire qu’elles aient vraiment envie de participer », souligne Éric D’Ortenzio. Lee Fairlie souhaite que l’essai mené sur le vaccin ChAdOx1 nCoV-19, qui adhère aux règles internationales sur l’obtention d’un consentement éclairé, contribuera à « apaiser les craintes que certains peuvent encore avoir ».

Bien sûr, les scientifiques espèrent que le vaccin d’Oxford remplisse ses promesses. Mais si, a minima, les tests menés en Afrique du Sud permettaient d’effacer les séquelles du passé, ce serait déjà une victoire.

Auteur : France24

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.