Plan Orsec : l’essentiel à retenir

0 59

Le plan orsec national est destiné à faciliter la mobilisation et l’engagement rapide des moyens exceptionnels lorsque les moyens ordinaires des services publics de secours risquent de se trouver débordés, par le nombre de victimes ou l’ampleur d’un événement accidentel ou catastrophique.

Le Plan permet d’organiser les secours en cas de catastrophes

Il est régi par le décret n° 99-172 du 04 mars 1999, est le principal mécanisme de coordination et de gestion des catastrophes et urgences au Sénégal. Son déclenchement permet la mobilisation et l’engagement de tous les moyens publics et privés disponibles pour faire face à une situation de crise. Son organisation est articulée autour d’un Etat-major de Commandement, de quatre (04) groupes opérationnels, de deux (02) cellules d’appui et d’un comité de gestions des moyens.

Le plan ORSEC est élaboré respectivement sous la responsabilité du Ministre chargé de la Protection civile, du Gouverneur de région et du Préfet de Département. Depuis son adoption, le Plan ORSEC national a été déclenché et mis en œuvre à plusieurs reprises pour la gestion de catastrophes majeures notamment les inondations récurrentes que le pays a connues en 2005, 2009 et 2012.
Lorsqu’une catastrophe survient, il devient impérieux de la gérer, en mettant
en œuvre un ensemble de mesures devant aboutir aux résultats suivants :

  • protection et sauvetage des populations (recherche, dégagement, évacuation
    et soins à apporter aux blessés et malades, mesures médicales, préventives et
    prophylactiques pour les personnes non atteintes) ;
  • protection et sauvetage des biens matériels, remise en état des habitations et
    autres bâtiments détruits ou endommagés, réparation des services publics et
    autres interventions matérielles (construction d’abris de fortune,
    extinctions d’incendie et sauvetage) ;
  • protection et sauvetage des animaux domestiques menacés (soins
    vétérinaires, élimination des sources de développement d’épizooties, etc.…)
    ;
  • remise en état des voies et moyens de communications interrompues ;
  • mise en place des infrastructures d’accueil pour les personnes évacuées des
    zones sinistrées ou menacées,
  • réception et distribution des secours : vivres, médicaments, matériels
    d’intervention,
  • assainissement de la région sinistrée …..
Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.