Le sénateur texan Ted Cruz n’a pas fini de s’en mordre les doigts. Mercredi 17 février, alors que l’Etat américain du Texas était enseveli sous la neige, frappé de températures polaires et privé d’électricité, l’élu ultraconservateur, ancien rival de Donald Trump dans la course à la Maison Blanche en 2016, est parti passer quelques jours de vacances en famille à Cancun, la station balnéaire du Quintana Roo, au Mexique. L’avion n’avait pas encore décollé de Houston que la photo de M. Cruz, tirant sa valise à roulettes au comptoir d’embarquement, faisait le tour des réseaux sociaux. Le temps d’arriver sous les tropiques, l’affaire avait été baptisée « CancunGate ».

Ted Cruz, dont la gauche réclame déjà la démission pour avoir contesté la légitimité de la victoire de Joe Biden alors même qu’une foule insurrectionniste avait envahi le Capitole le 6 janvier à Washington, a pris, dès le lendemain, l’avion du retour pour le Texas. Il s’est justifié en expliquant qu’il n’avait fait que son devoir de « bon père de famille » en conduisant ses filles, privées d’école et de chauffage, au Ritz-Carlton de Cancun. L’explication n’a convaincu personne, d’autant que sa réservation initiale était fixée au samedi.

« Je n’avais jamais vu un homme politique blâmer ses filles de 10 et 12 ans pour des erreurs de jugement », a commenté le journaliste politique de Fox News, Chris Wallace. Vendredi, quelques dizaines de démocrates manifestaient devant le domicile du sénateur – et présidentiable – à Houston, indignés que le « traître » du 6 janvier ait « abandonné » ses administrés au froid et à la pénurie alimentaire.

Partager sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici