S’ils commencent comme prévu le 23 juillet, les Jeux olympiques (JO) de Tokyo se dérouleront dans une ambiance des plus calmes et quasi monacale. Les organisateurs ont présenté, mercredi 3 février, le premier d’une série de « Playbooks » détaillant les strictes mesures prévues pour empêcher le Covid-19 de perturber les compétitions. La mouture dévoilée – en attendant la suivante en avril – donne « un premier aperçu » de la manière dont se tiendront les compétitions, selon le directeur exécutif des JO, Christophe Dubi.

Assorti d’un avertissement selon lequel « les futures versions pourraient inclure plus de restrictions que celles actuellement répertoriées », le premier Playbook oblige les 15 400 athlètes olympiques et paralympiques à présenter un test négatif réalisé dans les trois jours avant leur arrivée au Japon et à se soumettre à des tests réguliers au village olympique et dans les villes hôtes. « Nous n’accepterons les tests qu’approuvés par le gouvernement japonais », a précisé Hidemasa Nakamura, membre du comité d’organisation.

Les participants devront observer une quatorzaine à leur arrivée, qui sera aménagée pour les entraînements. Le Playbook interdit l’utilisation des transports publics et recommande le téléchargement de l’application japonaise Cocoa (acronyme de Covid-19 Contact-Confirming Application)de suivi de l’état sanitaire.

Sur place, il faudra limiter les contacts physiques, sauf pendant les pratiques sportives les nécessitant. Les visites de centres commerciaux, de restaurants ou encore de bars sont interdites. Même si la vaccination reste « encouragée », elle ne sera pas exigée. Le non-respect des règles exposera à des sanctions, pouvant conduire à une exclusion des Jeux.

Partager sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici