Guinée élection présidentielle ,deux commissaires se retirent des …

0 44

En Guinée, il n’y a toujours pas de vainqueur officiel du premier tour de la présidentielle de dimanche dernier. La Commission électorale a publié jeudi soir de nouveaux résultats provisoires partiels, mais il manque les chiffres de trois circonscriptions. Les commissaires qui se sont retirés des travaux dénoncent « de graves anomalies » dans la procédure de décompte des voix, renseigne RFI.

La Céni doit de nouveau se réunir ce vendredi, mais deux commissaires se sont retirés des travaux de totalisation des résultats au moment où la tension continue de monter dans la capitale Conakry.

Dans une déclaration transmise à la presse, Diogo Baldé et Marie Hélène Sylla, commissaires à la Céni, dénoncent « de graves anomalies constatées dans la procédure de totalisation des résultats ». « Nos observations pour garantir la transparence, la fiabilité et la sincérité des résultats » n’ont pas été prises en compte, écrivent-ils. Jointe au téléphone, Marie Hélène Sylla confirme : elle n’a pas assisté aux travaux depuis jeudi et il ne s’agit pas d’une « démission », mais d’un « retrait ». Elle récuse « la démarche », la procédure de totalisation au niveau de la commission.

La Céni a donc déjà annoncé les chiffres de 37 des 38 circonscriptions du pays. Il manque encore les résultats de Mamou, et à l’étranger, de la RDC et de la Gambie, selon son porte-parole. D’après Mamadi 3 Kaba, les travaux devaient reprendre pour la totalisation de ces chiffres, qui devraient être annoncés dans la foulée. Mais pour les résultats provisoires globaux, il faudra peut-être encore attendre : le porte-parole explique cela en raison « de la solennité » de cette étape.

Le FNDC appelle à manifester

Dans ce contexte, la tension reste très vive dans la haute banlieue de Conakry. Des témoins parlent de maisons et de boutiques caillassées et brûlées. On parle également de tirs tôt ce vendredi matin, d’émeutes signalées dans plusieurs quartiers, et des habitants affirment être menacés.

En fin de matinée, une vingtaine de picks-up de militaires ont quitté le rond-point Hamdallaye en direction de la route Le Prince, l’« axe » qui dessert les quartiers réputés favorables à l’opposition. Jeudi soir à la télévision nationale, le ministre de l’Administration du territoire avait annoncé la réquisition de l’armée pour le maintien de l’ordre dans le pays.

Enfin, le Front national pour la défense de la Constitution a publié ce vendredi un communiqué dans lequel il exige le départ d’Alpha Condé et appelle à des manifestations à partir de lundi dans tout le pays

D’importantes perturbations de l’internet sont aussi à signaler depuis jeudi soir.

Rfi

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.