Gestion nébuleuse de la Sodav, Abdoulaye Guissé interpelle le chef de l’état

0 38

 La polémique autour de la gestion de la Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (Sodav) est loin de s’estomper. Lors d’une conférence de presse vendredi dernier, le Conseil d’administration avait accusé certains acteurs culturels d’être des taupes de personnes mal intentionnées.

Abdoulaye Mamadou Guissé, président de l’Observatoire de la musique et des arts du Sénégal (Omart), se sentant sans doute concerné, a réagi pour s’en prendre à ceux qu’il accuse de vivre de la Sodav.

« La présidente du Conseil d’administration, Ngoné Ndour, est la directrice de la société de production Prince Art, fondée par Youssou Ndour. Un véritable conflit d’intérêts. Les artistes de Prince Art sont plus servis à la Sodav que les autres », accuse Guissé dans une déclaration rendue publique.

Si l’on en croit Abdoulaye Guissé, la Pca Ngoné Ndour exerce aussi les fonctions de directrice-gérante, réduisant du coup Aly Bathily à un ‘’faire-valoir indigne d’un juriste’’. Guissé regrette surtout que des personnes compétentes soient évincées au profit du clan Ndour. C’est le cas, dit-il, de l’ancienne présidente du Conseil d’administration, Angèle Diabang.

« Le très compétent Bouna Manel Fall, ancien directeur-gérant, au terme d’un appel à candidature, a été écarté car victime d’un complot orchestré par Aziz Dieng et la famille Ndour. C’est Youssou Ndour qui parraine la gestion orientée et nébuleuse de la Sodav », charge-t-il.

Selon lui, depuis 4 ans, la Sodav refuse de faire fonctionner l’organe de contrôle alors que des entités comme la Commission Copie privée, ou la commission Rémunération équitable sont fonctionnelles. En plus, ajoute-t-il, aucun ayant-droit n’a sa carte membre jusqu’ici.

« Quelle catastrophe, exclame-t-il. Comment peut-on savoir le nombre de membres de la Sodav? Combien reçoivent leurs droits d’auteurs ou droits voisins, leurs redevances? Personne ne sait. C’est ça la gestion nébuleuse », s’indigne-t-il.

Entre autres faits de gestion pointés du doigt par Guissé, il y a la subvention, d’après lui, accordée par la Sodav à un conseiller du président de la République. Il s’y ajoute aussi l’immeuble loué au prix fort par la société à la Cité Keur Gorgui et dont-il se demande qui en est le propriétaire. « La plupart des festivals et activités culturelles soutenus financièrement par la SODAV sont organisés par des membres du Conseil d’Administration », renchérit-il.

Autant de faits qui l’amènent à encourager le chef de l’Etat à persister dans sa demande d’audit de la Sodav.

Abdoulaye Mamadou Guissé se dit, par ailleurs, prêt à se mettre à la disposition de la commission de contrôle pour apporter les preuves de toutes ses allégations.

Seneweb

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.