Partir, un peu, mais quand ? La question sera discutée, lundi 15 et mardi 16 février, à N’Djamena, au Tchad, au sujet du déploiement de l’armée française au Sahel dans le cadre de l’opération « Barkhane ».

Il y a un an à Pau, en janvier 2020, après l’envoi d’un ultime renfort de troupes, Emmanuel Macron avait promis de faire un état des lieux de l’engagement français dans la région, avec les chefs d’Etat du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Tchad, Niger, Mauritanie). Après huit ans de guerre, ce rendez-vous – à distance, par visioconférence, pour le président français du moins – avait été présenté comme la possible occasion d’annoncer des décisions couperet, dont un début de retrait de l’armée française. Le contexte s’avère cependant plus complexe que prévu.

La question de « l’ajustement du dispositif » et de ses « modalités »« sera discutée au cours des prochaines semaines ou mois avec nos partenaires », indiquait-on ainsi prudemment, jeudi, à l’Elysée.

Partager sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici