Après l’Irlande ou le Portugal, c’est au tour de la République tchèque et de la Slovaquie de découvrir comment le variant britannique peut faire flamber l’épidémie de Covid-19 en quelques semaines. Presque totalement préservés lors de la première vague au printemps 2020, les deux pays d’Europe centrale sont désormais les plus touchés de l’Union européenne (UE).

Selon les statistiques du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la République tchèque affiche, lundi 1er mars, le pire taux d’incidence de toute l’UE, avec 1 120 cas pour 100 000 habitants sur quatorze jours, et la Slovaquie le pire taux de mortalité, avec près de 240 morts par million d’habitants. En comparaison, sur la même période (deux semaines), la France est à un taux d’incidence de près de 400 et de mortalité inférieure à 80.

« Il n’y a pas assez de lits de soins intensifs pour tous ceux que nous voudrions y mettre », a expliqué le médecin Martin Straka

Dans les deux pays, les témoignages alarmistes de professionnels hospitaliers se multiplient, notamment dans l’ouest de la République tchèque où la situation est la plus dramatique. « Nous sommes vraiment à 500 % depuis quelques semaines maintenant. Il n’y a pas assez de lits de soins intensifs pour tous ceux que nous voudrions y mettre », a expliqué Martin Straka, chef du service de médecine interne de l’hôpital de Sokolov, qui a tiré la sonnette d’alarme dès début février.

Partager sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici