Centres de redressements ou de tortures , la gendarmerie ouvre une enquête

0 52

Suite à l’arrestation de plusieurs hommes dans les centres de redressements de Serigne Modou Karra , le Colonel Pape Diouf, chef de la chaîne de l’emploi, opération de l’état-major du Haut commandement de la gendarmerie a fait une déclaration face à la presse « du 26 novembre au 28 novembre 20, les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie à Dakar, se sont transportés à Ouakam pour un vol de scooters. Une fois sur les lieux, trois (3) autres ont été retrouvés étant le produit de vol. Des personnes ont été également retrouvées sur les lieux. Elles étaient toutes soumises à des actes de tortures. Elles étaient âgées entre 17 et 42 ans et souffraient de malnutrition. Elles ont été toutes transportées à l’hôpital Principal de Dakar avec l’aide de la gendarmerie », renseigne toujours le Colonel Pape Diouf.

Poursuivant ses explications il intime :«nous nous sommes rendus dans d’autres sites comme Guédiawaye où 213 personnes ont été retrouvées . A Malika 22 ont été retrouvées et à Zone B 100 autres victimes parmi celles-ci sept (7) mineurs et une jeune fille. Un des geôliers des victimes a été retrouvé avec de la drogue. Ce dernier a trouvé refuge au domicile du guide religieux Serigne Modou Kara Mbacké. Son fils va l’arrêter avant de le remettre à la section de recherches de la gendarmerie. Une enquête a été ouverte pour des faits de maltraitrance sur des personnes et de trafic de chanvre indien. L’enquête est en cours. Cette affaire qui a fait 353 victimes. Les 43 personnes arrêtées seront mises à la disposition du Procureur de la République. Les cerveaux de la bande sont deux personnes. L’un se fait appeler  «Colonel». «Ce dernier exploitait un champ et ne payait pas ses employés. Le second se fait appeler «Commandant», renseigne le Colonel Pape Diouf.

«Les 353 victimes qui sont dans une école coranique (Daara) de redressement sont victimes de tortures et violences de la part de leurs bourreaux. Toutes les personnes qui sont impliquées dans cette affaire sont toutes de nationalités sénégalaises. L’enquête suit son cours. Des complices avaient prêtés leurs bâtiments », renseigne le Colonel Diouf.  «213 victimes ont été retrouvées à Guédiawaye et elles étaient réparties dans huit (8) chambres », a conclu le Colonel Pape Diouf.

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.