« Aujourd’hui on nous a fait lire, ou nous avons écouté la requête du ministre de la Justice, celle du magistrat instructeur et celui du procureur de la République. ils nous ont dit qu’il était question de parler de méthode de travail. Et en termes de méthode de travail, ils nous ont annoncé que le lundi il faudra qu’ils entendent Ousmane Sonko.

Ce que nous proposons, puisque Ousmane Sonko sera entendu, si nous voulons être réglos et  avoir le sens profond de la commission ad hoc, il nous faudrait avoir la possibilité d’entendre qui nous voulons: la plaignante, les témoins  les experts…

Dans les Pv de la section  de recherches on nous dit que des prélèvements vaginaux ont été faits. Nous devons savoir quelle est la base de cette Adn qui sera collectée éventuellement. Il faut que nous sachions, à travers des experts médico-légaux, des gynécologues et de tout expert judiciaire etc., ce qui pourrait fonder notre conviction.

On nous demande aujourd’hui de faire en sorte que si Ousmane Sonko est condamné aujourd’hui, qu’il n’y ait aucun recours, aucune possibilité. Avant que nous n’arrivions à cette extrême, prenons  le temps de nous donner les moyens de savoir quelle est la motivation  profonde des uns et des autres.»

Partager sur :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici