57e sommet de la CEDEAO , le Mali au coeur de…

0 37

« Nous voulons aider le peuple frère du Mali, et non l’asphyxier », explique un responsable de l’instance dirigeante de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. A Niamey à partir de ce lundi les chefs d’Etat des pays membres de la Cédeao vont prendre acte et se féliciter du départ de l’ancien président IBK pour des soins aux Emirats arabes Unies. Un point en faveur de la junte.

La tenue des concertations nationales dont le premier round vient de se terminer sur le territoire malien, est également considéré comme un geste de bonne volonté de la junte. Le président ivoirien Allassane Ouattara a eu ce week-end un entretien téléphonique avec le chef de la junte le colonel Assimi Goïta. La transition a été notamment évoquée par les deux hommes. L’entretien se serait bien passé.

V-at-on à Niamey alléger l’embargo contre le Mali ou le durcir ? « Il appartient aux chefs d’Etat de décider » explique notre interlocuteur. L’embargo sur les flux financiers pourrait être allégé. Mais si la position de la Cédéao doit radicalement changer, il faut « que la junte accepte une transition de pas plus de 12 mois, un président et un Premier ministre de transition civile », explique une autre source au sein de la Cédéao. Il n’est pas exclu qu’une délégation de la Cédéao revienne rapidement à Bamako.

Auteur : Rfi

Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.